(Lire la suite…)
Le Conseil départemental de la Haute-Saône, par la voix de son Président Yves KRATTINGER, a émis l’hypothèse de la fermeture de cinq collèges dans notre département.

La baisse drastique des dotations de l’État, la hausse de certaines dépenses et les contraintes financières ainsi provoquées pour les budgets des collectivités locales nécessitent souvent des arbitrages délicats pour les élus. Les deniers publics sont devenus rares et donc précieux.

Néanmoins, faire des économies ne veut pas dire supprimer !

L’éducation doit être une priorité de nos politiques publiques, et permettre à nos enfants d’apprendre dans les meilleures conditions est le gage de la réussite de l’enseignement scolaire qui leur est dispensé. Personne ne le contestera.

De la même manière, l’aménagement équilibré du territoire et le maintien des services publics en milieu rural sont des éléments indispensables pour éviter la désertification de nos territoires, déjà passablement éprouvés. Ce sujet est également défendu par tous !

Il est donc capital de ne pas prendre, une nouvelle fois, de décision qui obèrerait gravement l’avenir de nos territoires de Haute-Saône et de nos enfants !

(Lire la suite…)

Je suis profondément scandalisé par les tags racistes et islamophobes qui ont été perpétrés sur les murs du lycée Tristan Bernard de Besançon.

D’abord, parce que ces inscriptions haineuses sont contraires à toutes les valeurs républicaines qui sont les miennes, mais aussi parce que je considère que l’école de la République doit rester un lieu d’apprentissage où ces agissements n’ont absolument pas leur place.

Je m’opposerai toujours avec force à ceux qui véhiculent de telles idées.

(Lire la suite…)

La restauration scolaire et l’hébergement des élèves dans les lycées relèvent de la compétence du Conseil régional. Les tarifs de ces services sont donc votés par la collectivité régionale, avant d’être appliqués par les établissements scolaires.

Cependant, en plus des lycéens, plusieurs types d’usagers fréquentent les services de restauration scolaire des lycées, notamment les personnels (éducation nationale, région) et il apparait parfois que ceux-ci bénéficient de tarifs inférieurs de 25 % à ceux appliqués aux lycéens !

Par souci d’équité entre les tarifs supportés par les familles, qui paient les repas de leurs enfants lycéens, et ceux payés par les personnels adultes qui travaillent dans les lycées et qui bénéficient du service public de restauration scolaire, j’ai déposé un amendement visant à un tarif minimal identique pour tous les usagers lors de la dernière Assemblée plénière du Conseil régional de Franche-Comté.

(Lire la suite…)

La dernière assemblée plénière du Conseil régional de Franche-Comté a pu démontrer à quel point la majorité socialo-écologiste privilégiait les intérêts électoralistes à la défense des dossiers régionaux.

Le 23 mars dernier, nous en avons eu la preuve avec une motion relative à l’évolution de la carte scolaire pour la rentrée 2012.

Alors que la défense de nos lycées franc-comtois nous rassemble, utiliser le travail mené dans nos territoires au profit d’une récupération politique purement électoraliste, à un mois des élections présidentielles, est indigne du sérieux que mérite ce dossier.

(Lire la suite…)

L’actualité en matière d’éducation dans les bassins de Lure et de Luxeuil-les-Bains est concentrée, depuis quelques semaines, autour de la volonté du Rectorat de fusionner les lycées professionnels et les lycées d’enseignement général : fusion des lycées Bartholdi et Colomb à Lure, fusion des lycées Beauregard et Lumière à Luxeuil-les-Bains.

Je pense qu’une telle fusion peut être l’occasion, si elle est faite sans précipitation, d’accroître et de diversifier l’offre de formation dont nos lycées ont besoin, par le biais des économies d’échelle qu’elle permettrait de dégager. Je n’y suis donc pas opposé dans ces conditions.

A l’inverse, si cette fusion n’a pour seul objectif que des considérations purement comptables, alors je n’y vois aucun intérêt.

(Lire la suite…)

Suite la décision du rectorat de retirer le poste de Conseiller principal d’éducation (C.P.E.) qui lui était dévolu, la fermeture de l’internat du Lycée Beauregard a fait couler beaucoup d’encre de la part des lycéens, du corps enseignant, mais aussi des élus de la majorité au Conseil régional de Franche-Comté.

Quelle que soit la position adoptée par les uns ou les autres, chacune est respectable dans un débat important qui touche à la pérennité du Lycée Beauregard sur notre bassin local.

Là où le bât blesse, c’est lorsque l’on décide de vider ledit internat de ses lits, alors qu’on plaide pour sa réouverture…

(Lire la suite…)

La fin de l’année scolaire de CM2 est synonyme d’un grand changement pour les élèves qui entrent en 6ème : celui de l’arrivée au collège, après les vacances d’été.

La municipalité de Luxeuil-les-Bains, afin d’accompagner cette fin de 1er cycle pour plus d’une centaine d’enfants des écoles de notre ville, a offert un dictionnaire à chacun de ces futurs collégiens.

En compagnie de Laurence MORITZ, adjointe à l’éducation, de Martine BAVARD, adjointe à la culture et de Frédéric BURGHARD, 1er adjoint, nous avons ainsi pu distribuer les dictionnaires aux élèves de CM2 des quatre écoles primaires de Luxeuil-les-Bains, tout en félicitant chacun d’entre eux pour leur passage dans la classe supérieure.

Ce dictionnaire sera indéniablement un outil très précieux pour leurs années au collège.

C’est avec une immense satisfaction que j’ai accueilli les propos de la Présidente du Conseil Régional de Franche-Comté dans les colonnes de la presse quotidienne régionale, ce mercredi 18 mai, annonçant qu’elle agirait pour ne pas voir disparaître « les petits lycées de Baume-les-Dames ou de Luxeuil« .

Un combat qui nous est donc commun, empreint de bon sens et de pragmatisme, qui prouve une nouvelle fois que l’intérêt des jeunes lycéens franc-comtois nous rassemble, au-delà des frontières politiques.

En effet, dès le mois de décembre dernier, j’interpelai Marie-Guite Dufay sur les inquiétudes qui planaient autour de la fermeture de certaines formations dans les lycées de Luxeuil-les-Bains, notamment le Lycée Lumière.

(Lire la suite…)

Dans le contexte actuel de contrainte budgétaire pour toutes les politiques publiques, la préparation de la rentrée scolaire 2011-2012 soulève en ce moment de nombreuses interrogations dans les établissements d’enseignement francs-comtois.

En effet, le budget de l’éducation nationale reste un des premiers postes de dépenses pour l’état, à hauteur de 60,5 milliards d’euros en 2011 pour la seule mission d’enseignement scolaire du ministère.

Il est donc naturel que la vigilance budgétaire atteigne également les rectorats, d’autant que 94 % de l’enveloppe dédiée à l’éducation nationale est composée de charges de personnels alors que les effectifs d’élèves sont en constante baisse depuis plus de 20 ans.

En Franche-Comté, ce redéploiement des crédits amène ainsi à un certain nombre de suppressions de postes dans les collèges et lycées, comme dans toutes les régions de France, entrainant de facto une refonte de la carte des formations sur notre territoire.

Cependant, les modifications de la carte scolaire qui découlent de ces nécessaires économies ne doivent pas se faire sans tenir compte d’un aménagement équilibré du territoire.

(Lire la suite…)