Ce samedi 16 avril, après de nombreuses années de travail et de dossiers complexes, le nouvel abattoir des Vosges Saônoises a été inauguré à Luxeuil-les-Bains.

Véritable outil de développement économique au service de l’emploi et de l’activité de notre territoire, cette infrastructure est également un outil indispensable aux filières agricoles actuellement en grande difficulté.

Grâce à la mobilisation de tous les acteurs de la filière (abatteurs, éleveurs), mais aussi des élus et des collectivités publiques, refusant le fatalisme d’une fermeture programmée, ce projet a pu être mené à bien.

En raison de son obsolescence au regard des normes sanitaires en vigueur et des modes d’abattage modernes, l’abattoir de Luxeuil-les-Bains était voué à une inéluctable fermeture.

Néanmoins, au regard de son importance pour les agriculteurs producteurs de viande du secteur des Vosges Saônoises, notamment des filières bovines et ovines, les agriculteurs et professionnels se sont mobilisés pour construire un nouveau projet d’abattoir de proximité, avec le soutien de nombreux élus, Michel RAISON (alors Député-Maire de Luxeuil-les-Bains) en tête.

En refusant le fatalisme de cette fermeture annoncée, le travail a néanmoins été long afin de réunir un collectif d’abatteurs et d’éleveurs prêts à garantir un minimum d’activité rentable à cet outil, mais aussi prêts à mettre la main au portefeuille.

Cet engagement collectif a permis de ne pas laisser partir cet équipement dans un département voisin, synonyme de coût supplémentaire pour la viande produite localement.

Il a fallu également convaincre les 63 communes qui composaient le précédent Syndicat Intercommunal à Vocation Unique (SIVU) présidé par Michel WEYERMANN de rentrer dans ce projet, en autorisant le transfert de l’emprise foncière et en reportant leur participation dans une société d’abattage (SAVS) et une société foncière (SFVS) pour concrétiser cette idée.

.

Il a fallu enfin convaincre les collectivités publiques (Etat, Département, Région, Communes, Intercommunalités) de l’importance et de la viabilité de cet abattoir, dont beaucoup doutaient. Il en était de même avec les organismes bancaires, peu enclins à financer ce type d’outil industriel.

Dès 2011, pour ma part, alors Conseiller régional de Franche-Comté, j’ai personnellement interpellé la Présidente de Région en Assemblée plénière afin de défendre le soutien de ce projet par la collectivité régionale, qui doutait de sa pertinence, préférant s’appuyer empiriquement sur un schéma régional favorisant l’abattoir bisontin (lire l’article en cliquant ici).

Spécialisé sur les filières bovines et ovines, cet abattoir a donc pu voir le jour, désormais complété par un abattoir porcin privé sur le secteur de Vesoul-Pusey.

En ce jour d’inauguration, je me félicite donc du travail collectif qui a entouré ce projet, depuis les éleveurs jusqu’aux élus et aux services de l’Etat, en passant par les banques qui ont fait confiance à l’intelligence collective des porteurs de ce dossier, pour aboutir à ce résultat désormais opérationnel.

La filière viande, par les emplois qu’elle représente directement au niveau agricole (près de 1000 éleveurs dans notre secteur), mais aussi par les emplois qu’elle induit au niveau agro-alimentaire par exemple, revêt une importance capitale dans notre territoire rural.

.

Cet abattoir rénové représente donc un levier important de développement économique, mais aussi de sauvegarde de notre agriculture locale, qui aurait difficilement supporté les coûts supplémentaires nécessaires au transport lointain des animaux.

A l’heure où notre agriculture souffre tellement, il aurait été irresponsable de ne pas porter ce dossier collectivement, au service de notre territoire.

A l’heure où nos concitoyens demandent une qualité et une traçabilité accrue des denrées alimentaires qu’ils consomment, mais aussi à l’heure où certains abattoirs sont en ligne de mire à cause de pratique inadmissibles au regard du respect des animaux, cette rénovation était également indispensable pour pérenniser le haut-niveau de pratique professionnelle de l’équipe de salariés de l’abattoir luxovien, autour du directeur Didier BAUP.

Je suis donc heureux, comme tous les élus présents, de voir éclore aujourd’hui ce projet auquel j’ai pu apporter ma pierre au sein du Conseil régional de Franche-Comté derrière l’impulsion coordonnée par Michel RAISON.

2 réponses à “Inauguration de l’abattoir de Luxeuil-les-Bains, outil indispensable au service de l’agriculture des Vosges Saônoises”

  1. Stéphane dit :

    Bonjour.
    Pour avoir visité à maintes reprises l’abattoir de Luxeuil-les-Bains, comme celui de Pusey, je peux vous confirmer que les animaux y sont traités avec le plus grand respect par des professionnels experts. Ils sont effectivement bien étourdis et loin de toute maltraitance. Je l’ai constaté de mes yeux.
    Cordialement,
    SK

  2. becker dit :

    bonjour comme vous l ecrivez plus haut je voudrais savoir si vous respecter les animaux tous sont t ils etourdis avant l abattage . car depuis ces scandales sur la maltraitance dans les abattoirs je ne peus plus manger de viande ces pratiques sont sandaleuses et nous sommes noubreux a penser la meme chose comment peus t on savoir si l on ne nous ment pas toujours et encore merci

Laisser un commentaire