Le Conseil départemental de la Haute-Saône, par la voix de son Président Yves KRATTINGER, a émis l’hypothèse de la fermeture de cinq collèges dans notre département.

La baisse drastique des dotations de l’État, la hausse de certaines dépenses et les contraintes financières ainsi provoquées pour les budgets des collectivités locales nécessitent souvent des arbitrages délicats pour les élus. Les deniers publics sont devenus rares et donc précieux.

Néanmoins, faire des économies ne veut pas dire supprimer !

L’éducation doit être une priorité de nos politiques publiques, et permettre à nos enfants d’apprendre dans les meilleures conditions est le gage de la réussite de l’enseignement scolaire qui leur est dispensé. Personne ne le contestera.

De la même manière, l’aménagement équilibré du territoire et le maintien des services publics en milieu rural sont des éléments indispensables pour éviter la désertification de nos territoires, déjà passablement éprouvés. Ce sujet est également défendu par tous !

Il est donc capital de ne pas prendre, une nouvelle fois, de décision qui obèrerait gravement l’avenir de nos territoires de Haute-Saône et de nos enfants !

(Lire la suite…)

« Avant même l’annonce de la baisse des dotations, l’évolution des finances locales posait de grands problèmes et plaçait déjà beaucoup de collectivités dans une situation pas soutenable », ces mots sont ceux de Jacques Mézard, Sénateur du Parti radical de Gauche lors de la présentation, en novembre dernier, d’un rapport sénatorial alarmiste sur l’évolution des finances locales à l’horizon 2017.

Toutes les collectivités locales font le même constat : la baisse des dotations de l’Etat, couplée à de nouvelles charges non-financées, amènent d’énormes difficultés pour boucler leurs budgets.

(Lire la suite…)

Demain, la Présidente de Région Franche-Comté annoncera le lancement d’une phase de concertation territoriale sur la fusion Franche-Comté / Bourgogne.

Rattrapée par le calendrier gouvernemental, à grand renfort de « concertation citoyenne » et autre « débat démocratique », Madame la Présidente de Région nous expliquera sans doute combien désormais sa majorité attache d’importance à recueillir l’avis de ses concitoyens sur ce projet de rattachement interrégional, après s’y être précipitée sans aucune forme de réflexion.

(Lire la suite…)

Ce matin, c’est un François Hollande à 18% de matière grise qui est sorti de son Palais pour se confronter à Jean-Jacques Bourdin et aux Français.

Outre les effets de manche habituels, le chef de l’Etat s’est prononcé à demi-mots pour un report des élections régionales en 2016.

(Lire la suite…)

En Franche-Comté, alors que le nombre de jeunes chômeurs (moins de 25 ans) a bondi de près de 14% en un an, le bon sens voudrait que les dispositifs d’insertion dans l’emploi qui ont fait la preuve de leur efficacité soient pleinement utilisés par les collectivités qui en ont la compétence, en premier lieu les régions.

L’apprentissage fait partie de ces voies de succès : il permet à plus de 80% de ses étudiants de trouver un emploi durable à la sortie de leur formation.

Mais voilà, une nouvelle fois, malgré l’évidence du bien fondé de cette filière de formation, Marie-Guite DUFAY persiste à soutenir le gouvernement socialiste dans son entreprise de démolition de l’apprentissage.

(Lire la suite…)

Ce samedi 8 février, l’association « Oxygénons Saint-Sauveur » appelle à participer à une marche de soutien à la Base Aérienne 116 de Luxeuil-les-Bains.

Cette manifestation fait aujourd’hui légitimement débat, car nous savons que notre base est pérennisée avec 1100 postes jusqu’en 2019 et que son maintien est assuré jusqu’à cette date.

Néanmoins, je suis de ceux qui pensent que la vigilance des élus doit être permanente, quels que soient notre tendance politique, la collectivité où nous siégeons et le contexte électoral.

C’est pour cela, en dépit des envolées politiciennes qui alimentent le débat autour de cette manifestation, que je participerai à cette marche samedi.

(Lire la suite…)

La dernière séance plénière du Conseil régional de Franche-Comté, en présence du Préfet de région, a pris une tournure plutôt inhabituelle…

En effet, en raison de la gestion discutable par l’exécutif régional du dossier des E.M.O.P. (équipes mobiles d’ouvriers professionnels) rattachés aux lycées francs-comtois, les syndicats de personnels ont appelé à une manifestation devant le siège du Conseil régional, qui s’est poursuivie jusque dans la tribune du public, aboutissant à une interruption de séance de près d’une heure.

Le dialogue social, même si la Présidente socialiste du Conseil régional de Franche-Comté en fait son étendard suprême, ne semble être finalement qu’une formule de publicité mensongère, bien plus qu’une réelle façon de conduire les dossiers du personnel de notre collectivité.

(Lire la suite…)

Alors que les derniers chiffres du chômage montrent que la Franche-Comté décroche littéralement par rapport au niveau national, avec une hausse du nombre de demandeurs d’emplois de + 11,4 % sur un an, contre + 9,8 % en France sur la même période, le bon sens voudrait que les dispositifs d’insertion dans l’emploi qui ont fait la preuve de leur efficacité soient utilisés à plein par les collectivités qui en ont la compétence, en premier lieu les régions…

Malheureusement, ce ne sera pas le cas en Franche-Comté, où le budget de l’apprentissage a été baissé de 9,58 % par la majorité socialo-écologiste du Conseil régional pour l’année 2013 !

Devant un constat alarmant qui s’applique à toutes les régions gérées par des élus socialistes, j’ai co-signé avec Valérie PECRESSE une tribune dans LE FIGARO du vendredi 26 avril dernier.

(Lire la suite…)

Même si je n’ai pris parti pour aucun des deux prétendants à l’élection du Président de l’UMP, puisque mon candidat préféré était Alain JUPPÉ, je ne peux rester insensible aux événements qui secouent notre mouvement politique depuis le scrutin de dimanche dernier.

En effet, je pense que les querelles post-électorales auxquelles nous assistons aujourd’hui entre deux hommes, par télévision interposée, ne sont pas le reflet réel du quotidien des élus et des adhérents UMP sur le terrain.

(Lire la suite…)

L’actualité en matière d’éducation dans les bassins de Lure et de Luxeuil-les-Bains est concentrée, depuis quelques semaines, autour de la volonté du Rectorat de fusionner les lycées professionnels et les lycées d’enseignement général : fusion des lycées Bartholdi et Colomb à Lure, fusion des lycées Beauregard et Lumière à Luxeuil-les-Bains.

Je pense qu’une telle fusion peut être l’occasion, si elle est faite sans précipitation, d’accroître et de diversifier l’offre de formation dont nos lycées ont besoin, par le biais des économies d’échelle qu’elle permettrait de dégager. Je n’y suis donc pas opposé dans ces conditions.

A l’inverse, si cette fusion n’a pour seul objectif que des considérations purement comptables, alors je n’y vois aucun intérêt.

(Lire la suite…)